Archives pour la catégorie Articles

Pour en savoir plus

A lire, à écouter, à regarder pour en savoir plus

KizunaLogojaune2 Gambaro (Courage !). Documentaire de A. Sauliere et T. Ribault. thierry.ribault@univ-lille1.fr

Résumé du film : Nous avons recueilli la parole de personnes qui, loin de se positionner comme des victimes, ont adopté des postures qui sont le fruit d’une mure réflexion. Nos personnages ne sont pas pour autant dans le « rebond », cher aux prédicateurs de la « résilience » post-catastrophique.

Quant bien même certains d’entre eux ont décidé de rester sur les terres de Fukushima, ils sont dans une démarche de densification d’eux-mêmes, de cristallisation de leur force intérieure, dans une démarche de générosité et de don d’eux-mêmes qui n’a rien à voir avec le rebond et la résilience. Ils deviennent des héros de l’ombre, transfigurés, et ce sont ces « grands hommes » que nous voulons à notre tour louer.

Dans le contexte de chaos que la catastrophe fait naître, la déshumanisation et la réhumanisation s’affrontent. Alors que la pensée de la résilience, portée par les partisans d’un statu quo sédentaire face à un désastre nucléaire dont les hommes seraient censés s’accommoder, conduit à tenter de construire de la vie sur le terreau de la mort, notre film témoigne de la réhumanisation en cours, qui est le refus de bâtir sur les ruines, et la force de se départir de l’injonction à la soumission à l’ordre des choses. Miser sur l’humain en l’homme et non sur l’improbable augmentation de celui-ci, ni sur son adaptation au désastre présent et à ceux à venir, tel est le parti pris des personnages que nous avons filmés.

La guitare puissante de Otomo Yoshihide situe le film dans sa tonalité : celle de la menace qui plane sur la plénitude. Car dans cette méditation sur Sisyphe, sur la relation de l’individu à l’Etat, sur la résistance, sur la soumission, sur le déni et sur la signification profonde du fait d’être « sauvé », c’est bien la menace qui constitue un des grands thèmes du film : la menace sur ce qu’il y a encore d’humain en l’homme.

 KizunaLogojaune2« Hommes, n’oubliez jamais Fukushima ». Intervention d’Antonio Pagnotta le 17 avril 2013, après le lancement de son livre « Le dernier Homme de Fukushima » http://youtu.be/bvQbnYHoRRY

KizunaLogojaune2 Sur RTL, réécoutez Le Choix de Yves Calvi du 11 mars 2014 http://youtu.be/U-XliGaUhCg

KizunaLogojaune2 Un diaporama signé Antonio Pagnotta, réalisé lors des 3 années de travail de la préparation du dernier Homme de Fukushima. De nombreuses images inédites retracent la vie et le travail de protection auprès des animaux qui ont survécus aux radiations, à la faim et à l’abattage systématiques des vétérinaires mandatés par le gouvernement http://youtu.be/12Q5W7Iuy6I

KizunaLogojaune2 La journaliste japonaise Mayu Nakamura a suivi Naoto dans son quotidien en 2014. Le long métrage sera projeté le 15 avril prochain à Tokyo, elle espère une distribution en France et en Europe. En voici la bande-annonce http://igg.me/at/aloneinfukushima/x

KizunaLogojaune2 Voici un film sur Naoto réalisé pour l’émission « 30 Millions d’amis ». Ce film date de fin 2011, depuis les animaux se sont reproduits et certains, notamment les chiens et chats, sont redevenus sauvages http://vimeo.com/102192557

KizunaLogojaune2 Merci à la journaliste Yaëlle de Radio Grésivaudan (87.8 89 92.4) qui m’a demandé de présenter Kizuna dans l’émission « la télé au placard » du vendredi 5 décembre https://soundcloud.com/yumi94/teleplac-141205-Sophie

KizunaLogojaune2 Ecoutez ci-dessous l’interview d’Antonio Pagnotta sur radio-grésivaudan le 29 novembre à l’occasion de sa remise du prix du Livre Environnement au salon Naturissima à Grenoble https://soundcloud.com/yumi…/teleplac-141127-antonio/s-0IIHS

IL EST URGENT D’AIDER NAOTO !

Matsumura Naoto dans sa fermeNaoto Matsumura a lancé un SOS sur sa page Facebook, il estime que, sans aide extérieure, il ne pourra pas continuer son action après le printemps…

4 ans après la triple catastrophe nucléaire de Fukushima, Naoto continue à s’occuper des animaux survivants. Mais après avoir utilisé ses fonds personnels, il ne lui reste aujourd’hui que très peu de réserve pour continuer à nourrir la quarantaine de bovins, les 15 chats et les chiens errants dont il s’occupe.

Le photographe Antonio Pagnotta, auteur du livre « Le dernier Homme de Fukushima », est retourné à Tomioka début février 2015. Il a constaté l’état des lieux alarmant dans la ferme de Naoto  Matsumura: « Un troupeau de vaches mange énormément et j’ai vu peu de meules de fourrage. Je n’ai vu aucun stock si ce n’est de la paille vieille de 4 ans-donc irradiée- chez un fermier voisin… Les habituels stocks de croquettes pour chats qui encombraient la maison de Naoto ont disparus. »

L’exploitation de la ferme est un gouffre financier pour Naoto Matsumura, d’autant plus que celle-ci ne rapporte plus rien depuis la catastrophe. Les terres irradiées sont stériles. En plus de ses revenus d’agriculteur,  il a, de fait, également perdu son emploi à Fukushima. Son action humanitaire ne peut continuer sans aide extérieure.

– Une vache coûte 900 Euros/an

Naoto dépense donc, pour son troupeau de 40 vaches, plus de         40 000 par an ! Sans compter les autres animaux et l’entretien quotidien de la ferme…

–  50 Euros permettent de nourrir un chat pendant 6mois ( environ 15 kg de croquettes)

– 70 Euros permettent de fournir du fourrage sain à une vache pendant un mois.

Prenons la relève pour aider Naoto à poursuivre son action:

Je soutiens Naoto et ses animaux !

Sauvons les animaux de Fukushima !

 

 

Naoto Matsumura le dernier habitant de la zone interdite de FukuDepuis le 11 mars 2012, une zone interdite a été décrétée sur 30 kms autour de Fukushima. Une zone fortement irradiée, où survivent quelques centaines d’animaux abandonnés dans l’évacuation massive qui a suivi le tsunami et  la catastrophe nucléaire…

Des centaines de bovins, de chats, de chiens, quelques chevaux et une autruche: la zone irradiée reste le territoire familier de ces animaux désorientés, privés de leurs maîtres et condamnés à mourir de  faim. Si l’homme n’a pas su rester humble devant les énergies qu’il tentait de maîtriser, il serait profondément injuste que ces vies animales innocentes -des vies dont il était responsable-, connaissent une fin atroce et douloureuse. C’est pourquoi nous avons décidé de les aider.

Agriculteur, Naoto Matsumura vit depuis toujours à Tomioka.  Quelques semaines après l’évacuation,  il a choisit de revenir s’occuper des animaux survivants, au cœur de ce no man’s land déserté et silencieux.  Au péril de sa vie,  irradié, Naoto nourrit et soigne.

Naoto Matsumura et son père

 

Naoto matsumura le 2 juin 2011

Chaque jour, il nourrit et apporte de l’affection aux animaux abandonnés.

 

 

Naoto a choisi la Compassion et le Respect de la Vie, c’est sa manière de lutter.

Ne nous méprenons pas,  Fukushima est un message, un message pour notre humanité en danger: seule la Compassion pourra donner un sens à toute cette absurdité. Seule la bienveillance fera renaître l’Espoir sur cette terre. En rétablissant le lien avec le vivant sur cette terre de désespoir, Naoto Matsumura nous montre la voie royale de la dignité. Notre lien si fragilisé avec la nature peut être recréé, mais il faut que nous lui redonnions notre énergie. Comme Naoto, nous pouvons nous reconnecter avec la Nature, NOTRE nature.

Pour continuer de nourrir et soigner ses bêtes, Naoto a besoin d’être soutenu.

Soutenez l’action de Naoto !

Matsumura Naoto the defiant farmer

 « Il y a eu assez de souffrance comme cela »

Naoto Matsumura